Burkina Faso

 

Lors de mon voyage de 6 mois de rencontre de personnes travaillant autour du handicap à travers le monde, ma première étape en février - mars 2007 fut le Burkina Faso.

J'ai eu l'occasion de rencontrer :

- L'association Vivre APED (Association pour les enfants en difficultés) de Ouagadougou : depuis 2011, leur bus équipé médicalement fait des tournées régulières dans des villages isolés pour aller soigner les enfants qui en ont besoin.

"Vivre-APED (Association Pour la Protection des Enfants en Danger) est une jeune association créée en décembre 2003 par Madame Janet Portiche, femme de l’ex-ambassadeur de France au Burkina Faso, dont le siège se trouve à l’Hôpital pédiatrique Charles de Gaulle à Ouagadougou.

Elle a été créée suite à des discordances au sein de l’équipe du SAMU Social BF qui ont conduit à une scission. Cependant, les actions menées par le SAMU Social ayant fait preuve d’efficacité, certains membres de cette organisation ont décidé de poursuivre leurs objectifs en créant une nouvelle association : VIVRE.

Cette association mène de nombreuses actions auprès des enfants des rues, d’enfants orphelins ou issus de familles n’ayant pas les moyens de payer les frais médicaux nécessaires à la survie de leur enfant (45 % des burkinabés vivant en dessous du seuil de pauvreté.

A titre d’exemple, le Burkina compte plus de 320 000 orphelins, suite au VIH (parents décédés) et la mortalité maternelle à la naissance est d’environ 500 pour 100 000 naissances vivantes.

L’intervention auprès de cette population est d’autant plus justifiée que la tranche de 0 à 14 ans constitue environ 47% de la population totale. Par ailleurs, le taux de mortalité infantile est très élevé, atteignant 105,3 pour mille en 1998.

Pour venir en aide à ces enfants, VIVRE agit directement sur le terrain : des secouristes se rendent, grâce à l’ambulance de l’association ou en mobylettes, dans différents sites de la capitale (marchés, écoles, bordures de routes..) munis d’une caisse de secours permettant d’effectuer les premiers soins.

Les enfants les y attendent 2 fois par semaine pour se faire soigner leurs plaies issues de blessures diverses (chutes, brûlures, coupures dues aux pieds nus, accidents du travail..), ou d’origine infectieuse (ex : leishmaniose).

Les cas de teigne, paludisme, malnutrition sont également très fréquents. Les cas les plus graves (infections respiratoires, méningites, troubles gastro-intestinaux, rougeoles..) nécessitant une prise en charge médicale ou une hospitalisation sont référés soit à l’Hôpital pédiatrique Charles de Gaulle, soit à l’Hôpital national Yalgado Ouédraogo dans le service de pédiatrie.

Les soins ne pouvant souvent pas être financés par la famille (quand elle existe), Vivre dispose d’un siège dans chaque hôpital grâce auquel est assurée la prise en charge financière (exonération d’ordonnances,de consultations,de frais d’hospitalisation,dons de médicaments..), en collaboration avec l’assistante sociale." http://flutissimo.top-depart.com/page-libre-association-vivre-aped-298.html

- Un chirurgien et l'équipe de kinésithérapeutes de l'hôpital Yalgado de Ouagadougou. Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouedrago - service de kinesitherapie - BP 7022 - Ouagadougou. Suite aux temps passés dans ce centre, oui, vraiment oui, je me dis qu'il y manque des ergothérapeutes!

- L'association pour l'épanouissement des femmes et enfants handicapés du Burkina - AEFEHB à Ouagadougou (AEFEHB, BP 4181, Ouagadougou 01) : elle propose des activités formatrices de couture, broderie, perles, tissage, confiture. Après une formation qui peut durer jusqu'à 2 ans, les femmes sont ensuite suivies 1 an et on leur fourni le matériel de base pour se lancer. tel : 50 33 41 74 ou 78 88 49 42, mail : aefehb-handi@yahoo.fr aefehb-burkina-1.jpg aefehb-burkina-1.jpg, aefehb-burkina-2.jpg aefehb-burkina-2.jpg

- L'association de femmes handicapées Djigui espoir, djigui-espoir-burkina-2.jpg djigui-espoir-burkina-2.jpg, djigui-espoir-burkina-3.jpg djigui-espoir-burkina-3.jpg, djigui-espoir-burkina-1.jpg djigui-espoir-burkina-1.jpg, internet : http://www.fondationisabellepelletier.com/item12c.htm

- L'arche de Nongr-Maasem  de Ouagadougou qui accueil des adultes handicapés mentaux http://www.larche.org/

- L'université polythechnique de Nasou de Bobo Dioulasso et leur atelier de construction de fauteuil roulant

- L'association Tioug Nonma : "Nous sommes des artisans handicapés du Burkina Faso qui se sont regroupés au sein d’une coopérative, qui leur facilite l’accès aux marchés extérieurs. La coopérative dénommée Tigoung Nonma (l’union fait la force) mène des actions collectives (expositions, déplacements, communication, promotion) tout en préservant l‘identité créatrice de chacun de ses membres, afin d‘offrir une diversité de produits à la clientèle. " mail : tioug.nonma@gmail.com, internet : http://www.handicapsolidaire.ch/partenaires/cooperative-tigoung-nonma/ , tel : 00 226 50-38-01-31

- L'association AZN / terre Verte à Guié qui oeuvre dans le domaine agricole pour aider à redonner des technique agricoles fiables aux paysants (et reverdir le sahel) ainsi que dans le domaine social et humain en apportant une aide aux femmes et enfants en difficultés. www.azn-guie-burkina.org. (une action hors du commun réalisée par henri et marthe Girard : pépinière, pouponnière, forage, centre d'action sociale, foyer d'enfant, élevage...)

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site